Ekaterinbourg

Ekaterinbourg est la quatrième ville de Russie. Elle est située légèrement à l’est de l’Oural, dans la limite de la Sibérie, sur la frontière entre l’Europe et l’Asie. La ville fut fondée en 1723, juste 20 ans après St. Pétersbourg par ordre du Tsar Pierre I le Grand, et elle fut ainsi nommée en honneur de son épouse, la future tsarine Ekaterina I. La ville grandit rapidement comme centre de la région minière de l’Oural et de son industrie métallurgique. Lors de l’ouverture de la Grande Route de Sibérie, à partir de 1761, pour transporter des marchandises entre la Chine et l’Europe à travers la Russie, Ekaterinbourg devint un important centre de transit de minerais entre la Sibérie et la Russie européenne. C’est en ce temps qu’elle prit le surnom de « Fenêtre vers l’Asie ». Après la révolution russe, le tsar et sa famille furent arrêtés, puis transférés dans des villes différentes pour finalement être emprisonnés dans la Maison Ipatiev, à Ekaterinbourg. Lorsque les troupes Blanches, loyales au tsar, approchèrent la ville et étaient proches de libérer les prisonniers, les bolcheviques assassinèrent le Tsar et sa famille, sous l’ordre de Lénine. La scène du crime fut rasée en 1977 par le gouverneur de la ville à l’époque, un certain Boris Eltsine qui devint après quelques années président de la Russie ! Aujourd’hui, Ekaterinbourg est le grand centre industriel et culturel de l’Oural, une ville prospère et dynamique.

Tour panoramique d’Ekaterinbourg. Cette visite panoramique nous présentera le centre historique, qui possède plusieurs bâtiments dans l’architecture russe typique du XIXe siècle. Nous verrons le Monument aux Fondateurs de la Ville, Tatichtchev et De Génine. Entre les différentes cathédrales et églises que nous apercevrons, il faut noter la chapelle de Ste. Catherine, sainte patronne de la ville. Nous verrons aussi l’ancien Office des Mines, le premier bâtiment en pierre à Ekaterinbourg, aujourd’hui Conservatoire ; la plus ancienne Opéra de Russie, qui fonctionne depuis 1912 ; et plusieurs maisons de marchands, palais et hôtels particuliers du XIXe siècle, situées autour du lac qui longe la ville. Nous découvrirons la Place 1905 et la Place d’Octobre, où se situent les édifices du Parlement de la Ville et du Gouvernement Régional.

Visite de la cathédrale Nevsky à Ekaterinbourg. La cathédrale fut fondée en 1838 dans le territoire du monastère Novo-Tikhvinsky. Le bâtiment fut dessiné dans le style du classicisme tardif, elle était l’une des plus grandes et belles cathédrales de la Russie prérévolutionnaire. Les soviets fermèrent la cathédrale en 1930. Pendant la seconde Guerre Mondiale, elle fut utilisée comme dépôt militaire. En 1991 elle fut restituée à l’église orthodoxe russe, qui entreprit une restauration complète. Elle peut accueillir jusqu’à 6000 personnes.

Visite de l’Église-sur-le-Sang-Versé à Ekaterinbourg. L’église fut construite entre 2000 et 2003 pour commémorer l’assassinat du dernier tsar Nicolas II, sa famille, et ses serviteurs les plus proches, qui eut lieu ici en 1918. Après son abdication, le Tsar et sa famille furent arrêtés. Après avoir été captifs dans le palais d’Alexandre à Pouchkine et dans la ville sibérienne de Tobolsk, suite à la prise de pouvoir par les bolchéviques ils furent finalement transférés à la Maison Ipatiev à Ekaterinbourg, où ils séjournèrent pendant plusieurs mois, sous l’œil attentif de leurs gardiens. Pendant la Guerre Civile russe, lorsque les troupes loyales approchèrent Ekaterinbourg, Lénine ordonna l’assassinat du tsar et de sa famille, ainsi que de leur médecin, leur majordome, leur valet et leur femme de chambre. Onze personnes au total furent sauvagement assassinées à minuit dans une chambre au sous-sol du bâtiment. Les troupes Blanches libérèrent la ville juste une semaine plus tard, mais c’était déjà trop tard. La Maison Ipatiev fut démolie en 1977 par ordre du gouverneur de la ville, Boris Eltsine, futur président de la Russie. A la chute du régime soviétique, on construisit cette église orthodoxe à l’endroit du crime.

Visite de Ganina Yama. Situé 15 km au Nord d’Ekaterinbourg, cet endroit est un mémorial de l’assassinat des Romanov par les Bolchéviques. Après la tuerie de la famille impériale à la Maison Ipatiev, les corps furent arrosés d’acide afin de les défigurer, puis transportés à Ganina Yama où ils furent brulés et enterrés. Lorsque les troupes Blanches, loyales au tsar, libérèrent la ville une semaine plus tard, elles découvrirent rapidement le lieu de l’enterrement, mais les corps n’étaient plus là : les bolchéviques les avaient transférés secrètement dans un deuxième lieu d’enterrement, très proche de Ganina Yama, a moins d’un km. Cet endroit fut gardé sous hautement secret par les autorités communistes. Des enquêteurs clandestins trouvèrent le lieu dans les années ’70 mais ils ne le révélèrent qu’en 1989, lorsque la chute du système communiste était imminente. Les tests d’ADN prouvèrent que les restes étaient ceux de Nicolas II et de sa famille. Ils furent transférés à la cathédrale de Pierre et Paul à St. Pétersbourg, où ils reposent avec ceux du reste de la dynastie Romanov. À Ganina Yama ont été érigées 7 chapelles, une pour chaque membre de la famille impériale.

Visite du Monument sur la Frontière entre l’Europe et l’Asie. C’est à Ekaterinbourg que nous traversons la frontière géographique entre l’Europe et l’Asie, située légèrement à l’Ouest de la ville, nous y trouvons un monument commémoratif. Nous aurons l’occasion de célébrer le passage de continent avec un verre de mousseux russe !