Pskov

Pskov est un joyau inconnu, une petite ville historique hors des sentiers battus des principales routes touristiques. Elle se trouve dans une région d’une grande beauté, à la frontière entre la Russie, la Lettonie et l’Estonie, carrefour d’anciens empires. Pskov fut fondée en 903 par Ste. Olga, d’après la légende, dans un lieu qui lui fut indiqué par trois poutres tombées du ciel avec lesquelles elle fît construire la première cathédrale de la Trinité, autour de laquelle commença à se développer la ville de Pskov. Depuis sa fondation, Pskov a été un important centre de commerce et d’artisanat, qui intégra la ligue Hanséatique. Elle appartint à la République de Novgorod dont elle gagna son indépendance en 1348, pour former la République de Pskov, avec son propre parlement, le Vetche. Au début du XVIe siècle elle rejoignit le Duché de Moscou, ce qui stimula davantage son développement : la plupart de ses principaux monuments et églises datent de cette période. Pskov était considérée la porte occidentale de la Russie et son Krom (kremlin, forteresse), puissamment fortifié, fut assiégé plus de cent fois, mais il ne se rendit jamais. Au XVIIIe siècle, lorsque les frontières de la Russie se déplacèrent vers l’Ouest, Pskov n’était plus une ville stratégique et son déclin commença, ce qui a contribué à préserver l’héritage culturel et architectural de la ville. L’abdication du dernier tsar se produit à Pskov, après la révolution russe. Aujourd’hui la ville de Pskov est un véritable musée en plein air où, loin de l’agitation des grandes capitales, nous pourrons admirer l’art et l’histoire de l’ancienne Russie. Quelques-uns de ses monuments ont été inscrits au Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO.

Tour panoramique de Pskov. Nous allons parcourir la ville, au long des rivières Pskov, Velikaïa et Miroja, et les différents quartiers : Stadichtche, Gorodichtche, Polonidche, Zapskovye, Zavelichye… Après avoir admiré le monument a Alexandre Nevsky nous allons apprécier des exemples d’architecture russe de différentes périodes historiques : plusieurs édifices médiévaux des XIIe au XVe siècles ont survécu jusqu’à nos jours, comme la cathédrale de la Trinité (1138), les Halles Pagankine –aujourd’hui Musée de la Ville- le monastère Ivanovsky avec sa superbe cathédrale de St. Jean Baptiste (1140) et le monastère de la Miroja. Ces anciennes églises possèdent un style propre : blanchies à la chaux, avec un seul dôme et des porches et clochers caractéristiques. Les monuments les plus abondants sont ceux datant de l’époque de splendeur de Pskov : de belles églises des XVe et XVIe siècles, comme celles de St. Basile-sur-la-Colline (1413), l’Assomption (1444), St. Come et Damien (1463), St. Georges (1494), l’Épiphanie (1496) et St. Nicolas-des-Remparts (1536). Mais également des maisons de marchands, comme les chambres Menchikov, Podznoev et Batov, la Maison du Malt et la Maison Troubinsky, toutes du XVIIe siècle. Le complexe Pokrov est une partie des anciennes fortifications de Pskov ; nous admirerons ici la grande tour, les portes, une partie des murs de la ville, les bastions de Pierre, l’église de Pokrov et le monument au 300e anniversaire de la défense de Pokrov en 1581. Nous visiterons ensuite le Kremlin de Pskov.

Visite du Kremlin de Pskov. Le Kremlin de Pskov, appelé « Krom » par ses habitants, est le principal site de la vieille ville, son cœur historique et architectural. Il est situé sur un rocher surplombant l’endroit où la rivière Pskov se jette dans la Velikaïa. Ici s’élevait une primitive forteresse en bois au VIIIe siècle, mais les murs de pierre que nous voyons aujourd’hui datent du XVe siècle, l’époque de la République de Pskov. À l’intérieur du Kremlin se réunissait le Vetche, une assemblée populaire ou toutes les décisions importantes sur les affaires d’état étaient prises. Face au siège du Vetche se trouve le symbole de Pskov, la cathédrale de la Trinité (1138, reconstruite en 1699), le bâtiment le plus haut de la ville, avec une magnifique iconostase baroque. En 1935 la cathédrale fut fermée par les Soviets, qui en firent un musée antireligieux. Pendant l’occupation allemande en 1941-44 la cathédrale rouvrit et elle est restée ouverte jusqu’à nos jours.

Visite du monastère de la Miroja. Fondé au XIIe siècle à la confluence des rivières Miroja et Velikaïa, le monastère devint très riche et prospère. Il était le principal centre de la vie spirituelle et culturelle de Pskov. Ici ont été produits les premiers écrits dans la région. Le monastère possédait un scriptorium, une bibliothèque et un atelier-école de peinture d’icônes. Situé sur la rive opposée de la Velikaïa, face au Kremlin mais en dehors de la protection de ses murs, le monastère a été occupé à plusieurs reprises par les attaquants de la ville. Sa cathédrale de la Transfiguration (1130) a survécu et est aujourd’hui le plus important monument de Pskov datant d’avant les invasions mongoles. Les joyaux de la cathédrale sont ses merveilleuses fresques du XIIe siècle. Peintes par des maîtres grecs et leurs disciples russes, ils ont été recouverts de chaux au XVIIIe siècle pour être redécouverts un siècle plus tard par accident. Ils sont inscrits au Patrimoine de l’Humanité de l’UNESCO.

Visite d’Izborsk. Située 30km a l’ouest de Pskov, à proximité de la frontière estonienne, c’est une des plus anciennes forteresses russes, déjà mentionnée dans la « Chronique des Temps Passés » -l’histoire la plus ancienne de la Vieille Russie- comme datant de 862. Au long de son histoire, Izborsk a été très liée à Pskov, en étant son avant-poste et en la protégeant de ses ennemis par l’Ouest, parmi un complexe défensif de plus de 30 forteresses gardant la frontière occidentale russe. Depuis le XIIIe siècle et pendant les 300 ans suivants, la forteresse a subi des attaques constantes. À la fin de la Grande Guerre du Nord, au XVIIIe siècle, lorsque les frontières russes se sont déplacées vers l’Ouest, Izborsk a perdu son importance stratégique. Nous pouvons encore admirer ses murs d’enceinte du XIVe siècle, avec ses puissantes tours de guet, dont la Tour Loukovka, datant de 1330. Dans l’intérieur de la forteresse se trouve l’église de la Nativité, du XVIe siècle. D’ici nous admirerons des magnifiques vues de la réserve naturelle autour d’Izborsk.

Visite du monastère des Grottes de Pskov (Pskovo-Petchersky). Situé à l’Ouest de Pskov, à seulement deux kilomètres de l’Estonie, il fut fondé au XVe siècle après que quelques ermites s’établirent dans les grottes environnantes. Édifié comme une forteresse, il a résisté à de nombreux sièges des ennemis de la Russie, dont les armées polonaises et suédoises. Son église de la Dormition a été bâtie en 1473, date considérée aussi comme celle de la fondation du monastère. Entre 1920 et 1944 ces terres étaient en territoire estonien, ce qui a épargné le monastère de la terreur soviétique, préservant son architecture et ses trésors, et en faisant un des rares monastères russes qui n’ont jamais dû fermer depuis leur fondation.