CROISIERE FLUVIALE MOSCOU-ASTRAKHAN

14 JOURS / 13 NUITS

  • JOUR 1 / MOSCOU (ARRIVÉE)

    • Arrivée à Moscou
    • Transfert à bord, logement
    • Cérémonie traditionnelle de bienvenue « du Pain et du Sel »
    • Installation dans les cabines. Réunion d’informations
    • Dîner et nuit à bord (en cas d’arrivée tardive, des pique-niques seront fournis au lieu du diner)
  • JOUR 2 / MOSCOU

    • Petit-déjeuner à bord
    • Tour panoramique complète de Moscou
    • Déjeuner en ville
    • Visite du Kremlin et de sa Cathédrale
    • En option : Visite du Palais des Armures
    • Diner à l’hôtel
    • En option (en soirée) : Visite du Metro et Moscou « by night »
  • JOUR 3 / MOSCOU

    • Petit-déjeuner à bord
    • Visite de la Galerie Tretiakov
    • Déjeuner à bord
    • Début de la navigation
    • Cocktail du Commandant, présentation de l’équipage
    • Dîner et nuit à bord
  • JOUR 4 / OUGLITCH

    • Petit-déjeuner à bord
    • Matinée de navigation
    • Déjeuner à bord
    • Tour panoramique à pied
    • Visite du Kremlin d’Ouglitch
    • Visite de l’église de St. Dimitri-sur-le-Sang Versé
    • Visite de la Cathédrale de Transfiguration
    • Retour à bord et navigation vers Iaroslavl
  • JOUR 5 / YAROSLAVL-KOSTROMA

    • Petit-déjeuner à bord
    • Tour panoramique
    • Visite du marché local
    • Visite extérieure de l’église Saint-Élie
    • Visite de l’église de Saint Nicolas
    • Visite de l’ancienne Maison du Gouverneur
    • Déjeuner à bord
    • Départ pour la ville de Kostroma
    • Tour panoramique
    • Visite du monastère Ipatiev et la cathédrale de la Trinité
    • Retour à bord et navigation vers Nijni Novgorod
    • Dîner et nuit à bord
  • JOUR 6 / NIJNI-NOVGOROD

    • Petit-déjeuner à bord
    • Matinée de navigation
    • Déjeuner à bord
    • Tour panoramique
    • Visite du territoire du Kremlin
    • En option : Visite d’une galerie d’art
    • Retour à bord et navigation vers Tcheboksary
    • Dîner et nuit à bord
  • JOUR 7 / TCHEBOKSARY

    • Petit-déjeuner à bord
    • Tour panoramique
    • Déjeuner à bord
    • En option (en après-midi) : Visite du musée de la Bière et dégustation
    • Navigation vers Kazan
    • Dîner « pirate » et nuit à bord
  • JOUR 8 / KAZAN

    • Petit-déjeuner à bord
    • Tour panoramique
    • Visite du territoire du Kremlin
    • Retour à bord et déjeuner
    • Après-midi de navigation vers Samara
    • Dîner et nuit à bord
  • JOUR 9 / SAMARA

    • Petit-déjeuner à bord
    • Tour panoramique
    • Visite de la galerie d’art
    • En option : Visite du Bunker de Staline
    • Retour à bord et déjeuner
    • Après-midi de navigation vers Saratov
    • Dîner « russe » et nuit à bord
  • JOUR 10 / SARATOV

    • Petit-déjeuner à bord
    • Tour panoramique
    • Retour à bord et déjeuner
    • Après-midi de navigation vers Volgograd
    • Dîner et nuit à bord
  • JOUR 11 / VOLGOGRAD

    • Petit-déjeuner à bord
    • Tour panoramique de Volgograd
    • Visite du mémorial commémorant la bataille de Stalingrad – Kourgane Mamaïev
    • Déjeuner à bord
    • En option : Visite du musée panorama de 360° qui retrace tous les épisodes de la bataille de Stalingrad
    • Retour à bord et navigation vers Astrakhan
    • Dîner et nuit à bord
  • JOUR 12 / JOURNEE À BORD

    • Journée libre avec un programme d’activités culturelles et animations musicales à bord
    • Petit-déjeuner, déjeuner, dîner d’adieu du Commandant et nuit à bord
  • JOUR 13 / ASTRAKHAN

    • Petit-déjeuner
    • Tour panoramique
    • Visite du territoire du Kremlin
    • Déjeuner à bord
    • En option (en après-midi): Découverte du delta de la Volga (sous réserve de conditions climatiques favorables)
    • Retour à bord
    • Dîner et nuit à bord
  • JOUR 14 / ASTRAKHAN (DÉPART)

    • Petit-déjeuner
    • Transfert à l’aéroport

PROGRAMME DETAILLE

JOUR 1 / MOSCOU (ARRIVÉE)

Arrivée à Moscou.

Transfert à bord.

Cérémonie traditionnelle de bienvenue « du Pain et du Sel ».

Installation dans les cabines. Réunion d’informations.

Dîner et nuit à bord (en cas d’arrivée tardive, des pique-niques seront fournis au lieu du diner).

JOUR 2 / MOSCOU

Petit-déjeuner à bord.

Moscou. Vibrante, moderne et dynamique à l’extrême, la capitale russe est une destination culturelle de premier ordre. Cette trépidante métropole abrite le célèbre Bolchoï et l’impressionnant Kremlin. Des théâtres, salles de concert, boutiques chics, restaurants et clubs à la mode se succèdent sur les rives de la Moskova.

Moscou est la plus grande ville de la Russie et de l’Europe, avec plus de 12 millions d’habitants. Elle a été la capitale de la Russie depuis le XVe siècle, sauf entre 1712 et 1918, ou la capitale fut transférée à St. Pétersbourg. La ville fut fondée au XIIe siècle et le Kremlin, sa forteresse principale, fut érigée en 1156. Moscou gagna rapidement de l’importance et le Duché de Moscou devint la principale entité politique parmi les principautés de la Russie centrale. Ivan III, Grand Prince de Moscou, unifia ces territoires sous son contrôle, libera le centre de la Russie du joug des envahisseurs Tatars et Mongols, agrandit le territoire russe et fut proclamé Grand Prince du Rus, ayant Moscou comme capitale. La ville fut détruite à plusieurs reprises par des troupes étrangères : des Mongols, des Tatars de Crimée, des Polonais, des Suédois envahirent la capitale russe. Même Napoléon séjourna 6 semaines ici avant de commencer sa retraite sous l’hiver russe et, lors de la IIe Guerre Mondiale, les troupes allemandes furent arrêtées a seulement 20 km de Moscou. Tous ces évènements ont façonné le paysage urbain et l’architecture de cette ville, extrêmement éclectique : des forteresses médiévales côtoient des gratte-ciels staliniens et des belles églises baroques et néoclassiques s’élèvent à côté d’élégants bâtiments Art Nouveau. Ceci fait de Moscou un centre culturel de premier ordre : la ville possède plusieurs monuments inscrits au Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO, des musées de qualité exceptionnelle et des théâtres parmi les meilleurs au monde. C’est une ville dynamique, en plein essor qui depuis peu d’années s’est rouverte au visiteur.

Tour Panoramique complète de Moscou. Prise de contact idéale avec la ville, son centre historique et ses principaux monuments.

Déjeuner en ville.

Visite du Kremlin et de sa Cathédrale. Le mot « Kremlin » se traduit par « forteresse » en russe. Dans l’ancienne Russie, dans chaque ville importante on érigeait une place forte entourée d’une muraille, à l’intérieur de laquelle se trouvaient les principaux édifices, les églises et les cathédrales. Celui de Moscou, véritable berceau de la ville, est le plus important du pays et a été classé au Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO. Construit au XIIe siècle, il a été conçu sous sa forme actuelle au XVe siècle. C’est un magnifique reflet des différentes étapes de l’art russe, une concentration monumentale et unique d’architecture, de peinture et d’arts décoratifs et appliqués. Les meilleurs artisans et artistes travaillèrent dans ses églises, ses cathédrales et ses palais en léguant des chefs d’œuvre d’une valeur inestimable. Dans le cadre inoubliable de ses ruelles et ses places se concentrait le symbole du pouvoir et de la gloire de la Russie. Aujourd’hui, le Kremlin abrite encore quelques-uns des principaux organes du gouvernement politique et religieux : le palais présidentiel, différents édifices administratifs et militaires comme le Sénat et l’Arsenal, ainsi que de nombreuses églises et cathédrales. Ses murailles dominant la Moskova et la Place Rouge ont été construites avec des briques de plus de 8 kg, hautes jusqu’à 19 m et longues de 2 235 m. Nous visiterons l’intérieur de l’enceinte, pour y admirer la « Cloche Tsarine », la plus grande au monde, fondue en 1733, et le « Canon Tsar », l’un des plus grands jamais construits, fondu en 1586 par Andrei Tchokhov, qui devait défendre l’entrée par la porte Saint-Sauveur, mais n’a jamais été utilisé. Nous finirons notre visite par la célèbre « Place des Cathédrales » encadrée par celles de Saint-Michel, de la Dormition et de l’Annonciation.

En option : Visite du Palais des Armures. Le palais des Armures est le plus ancien et le plus important musée du Kremlin. Sa date de construction est estimée en 1485, mais la première mention écrite du palais remonte à 1508. Ses collections incluent les vêtements utilisés pendant les cérémonies de couronnement des Tsars, avec les plus riches tissus et fourrures incrustés d’une multitude de pierres précieuses, des équipages impériaux avec des carrosses, des voitures et attelages réalisés par les meilleurs artisans et les matériaux les plus prestigieux, des trônes incrustés de diamants, de la joaillerie, des services à vaisselle et des armures, le tout appartenant à la famille impériale. Nous pourrons aussi y admirer les mondialement célèbres œufs de Pâques Fabergé, ainsi que la pièce la plus importante du musée, la « Couronne de Monomaque », couronne impériale de Russie dont la légende raconte qu’elle fut offerte par l’empereur de Byzance, Constantin Monomaque. Elle fut utilisée depuis 1547 dans toutes les cérémonies de couronnement des Tsars.

Dîner et nuit à bord.

En option (en soirée) : Visite du Metro et Moscou « by night ». La capitale change de visage à la tombée de la nuit. Elle offre au visiteur une perspective totalement différente. Une belle et créative illumination, récemment installée, rehausse les austères et imposantes façades d’inspiration stalinienne. Les belles églises orthodoxes brillent de mille feux et les rives de la Moskova offrent un aspect insolite, celui d’une ville à découvrir lorsque le soleil se couche.

Visite du métro de Moscou. Inauguré le 15 mai 1935 par le pouvoir soviétique comme un symbole de l’avancée technologique et industrielle du système politique, le Métro de Moscou était le « Palais du Peuple ». Les plus importants artistes de l’époque participèrent à sa décoration et utilisèrent des matériaux en provenance de tout le pays, voulant symboliser l’unité des peuples soviétiques. Il est encore aujourd’hui le principal moyen de transport dans la capitale et l’un des plus importants au monde avec 200 km de lignes et 145 stations. Nous visiterons les plus importantes d’entre elles, qui sont luxueusement construites avec plus de 20 variétés de marbres, de granites, d’onyx et décorées de peintures murales, de majoliques, de verrières, de mosaïques…

JOUR 3MOSCOU

Petit-déjeuner à bord.

Visite de la galerie Tretiakov. Visite de cette incomparable pinacothèque, appelée ainsi en l’honneur de son fondateur Pavel Tretiakov (1832-1898), le célèbre marchand et grand mécène russe du XIXe siècle. Son rêve était de créer un grand musée accessible à tout visiteur sans distinction de classe ou de fortune, avec une grande collection de pièces permettant de comprendre et d’admirer l’histoire de l’Art russe. Le projet devint réalité en 1881 avec l’inauguration de la galerie. Tretiakov fît don de plus de 2000 œuvres de sa collection privée à la ville de Moscou, constituant ainsi l’origine de ce qui est devenu aujourd’hui un impressionnant musée. La galerie abrite plus de 130 000 œuvres d’art créées par des artistes russes, un exceptionnel panorama historique de la peinture russe depuis le XIe siècle jusqu’à nos jours. Son trésor est sa magnifique collection d’icônes, parmi lesquels « la Vierge de Vladimir », que la légende attribue à Saint Luc, et « la Trinité », le chef-d’œuvre d’Andreï Roublev.

Déjeuner à bord.

Début de la navigation.

Cocktail du Commandant, présentation de l’équipage.

Dîner et nuit à bord.

JOUR 4OUGLITCH

Petit-déjeuner à bord.

Matinée de navigation.

Déjeuner à bord.

Ouglitch. Ouglitch se trouve sur la Volga, à 92 km au nord-est de Moscou. Bien que la légende date sa fondation en 937 par Yan Pleskovitch, la première référence écrite de la ville date de 1148. En 1238 les tatars de la Horde d’Or détruisirent la ville pour la première fois. Par la suite, elle sera à nouveau maintes fois détruite et reconstruite. La ville est surtout célèbre parce qu’en 1591 y trouva la mort Dimitri, fils d’Ivan le Terrible, dernier héritier de la dynastie des Riouriks. Boris Godounov, favori du tsar, fut immédiatement accusé d’avoir commandité l’assassinat du Tsarévitch Dimitri afin d’être couronné tsar lui-même. Cet évènement fut pour la Russie le début de la période dite du « Temps des Troubles », des cruelles guerres civiles et luttes dynastiques. Ouglitch est l’une des villes de l’Anneau d’Or. Elle présente de merveilleux exemples d’architecture russe traditionnelle.

Tour panoramique à pied. Pendant la visite de la ville, nous pourrons apprécier quelques-uns de ses principaux monuments. Des constructions civiles, comme la Maison du marchand Zimine, et la plupart religieux, comme le Monastère de St. Alexis (1620) et son église de l’Assomption avec sa couverture en forme de triple pyramide ; le Monastère de la Résurrection (1674), l’église de l’icône de la Mère de Dieu de Smolensk (1700), l’église Korsounskaïa (1730) ou la Cathédrale de la Théophanie (1853).

Visite du Kremlin d’Ouglitch. Situé sur les rives de la Volga, le Kremlin (forteresse, en Russe) est l’endroit où se concentrent la plupart des monuments de la ville. Ses murailles furent détruites il y a plus d’un siècle, mais on peut encore voir le fossé qui les entourait. À l’intérieur du Kremlin, nous pourrons voir les Chambres du Prince, leur édification la plus ancienne, ainsi que la cathédrale de la Transfiguration, qui possède des intérieurs richement décorés et un beau clocher, le bâtiment de la Douma et sa construction la plus célèbre : l’église de St. Dimitri-sur-le-Sang-Versé.

Visite de l’église de Saint-Dimitri-sur-le-Sang-Versé, construite à l’endroit même où, selon la légende, le Tsarévitch Dimitri aurait été tué en 1591. Les murs peints en rouge évoquent le sang versé en ces lieux. À l’intérieur de l’église, nous pourrons admirer la plus ancienne icône de l’iconostase, celle de la Vierge de Smolensk, datant du XVIIe siècle et offerte par les Romanov.

Dîner et nuit à bord.

JOUR 5 / YAROSLAVL – KOSTROMA

Petit-déjeuner à bord.

Yaroslavl. Située à la jonction des rivières Volga et Kotorosl, Yaroslavl fut fondée en 1010 par le prince Yaroslav le Sage sur l’emplacement d’une ancienne colonie viking. Elle se développe rapidement et devient un grand centre commercial grâce à son port sur la Volga. En 1218 elle devint une principauté et en 1463 elle s’intégra à Moscou. Au XVIIe siècle Yaroslavl devient la deuxième ville de Russie, et même temporairement sa capitale pendant l’occupation de Moscou par les armées polonaises. Yaroslavl connut alors un deuxième âge d’or commercial grâce sa situation sur la route entre Moscou et le port maritime d’Arkhangelsk. Au XVIIIe siècle, Catherine la Grande traça un nouveau plan urbain de la ville et stimula son industrialisation, qui continue tout au long des XIXe et XXe siècles. Ce riche passé historique a produit un héritage culturel de premier ordre : Yaroslavl est un trésor d’architecture, possédant des églises et des monastères parmi les plus beaux de Russie, et produisant même un style architectural qui s’est ensuite répandu aux autres villes de l’Anneau d’Or et dans le reste de la Russie, le « style de Yaroslavl » : églises en briques, parées de faïence et décorées à l’intérieur de fresques d’une beauté extraordinaire. Yaroslavl est une des villes de « l’Anneau d’Or » et figure dans la liste du Patrimoine de l’Humanité de l’UNESCO.

Tour panoramique d’Yaroslavl. Dans le centre-ville, nous pouvons admirer le plan urbain tracé aux XVIIIe et XIXe siècles : ici se situent les galeries commerciales « Gostinny Dvor » (1818), le bâtiment des Bureaux du Gouvernement (1785), la maison Vakromeyev, l’Université d’État, anciennement Maison de Charité (1786) et la Caserne de Pompiers dans un édifice Jugendstil de 1911. Nous trouvons aussi le Théâtre Volkov, le plus ancien de Russie, fondé en 1750 et dont l’édifice actuel date de 1911, ainsi que plusieurs résidences et bâtiments administratifs en style néoclassique et la promenade sur les bords de la Volga. Le quartier situé à la confluence de la Volga et de la Kotorosl est appelé la Strelka. Ici se trouvait le Kremlin jusqu’à ce qu’il fût ravagé par le feu en 1658. À son emplacement, fut élevée la cathédrale de la Dormition jusqu’à sa démolition par les soviets en 1937. Elle a été restaurée et ouverte au public à nouveau en 2010, à l’occasion du millénaire de la ville. Près d’ici se trouve également l’église de l’Épiphanie avec ses 5 dômes, un bel exemple d’église russe d’inspiration médiévale. L’église de St. Jean Baptiste est un modelé d’église du « style de Iaroslavl », avec ses extérieurs recouverts de riches faïences. On admirera ensuite les deux joyaux d’Iaroslavl : le Monastère de la Transfiguration du Sauveur et l’église du Prophète Elie.

Visite de l’église de St. Nicolas-le-Faiseur-de-Miracles. Fondée par un riche marchand et dédiée à St. Nicolas, protecteur des bateliers, des marchands et des voyageurs, ce petit temple est une des plus anciennes églises en pierre de la ville. Elle fut inaugurée en 1622 dans le typique style « des églises d’Iaroslavl » qui se répandit ensuite dans tout le centre de la Russie. Les riches fresques qui décorent ses intérieurs furent peintes par des maîtres de Kostroma en 1640 et décrivent des scènes de la vie et miracles de St. Nicolas. La magnifique iconostase baroque sculptée date de 1751.

Déjeuner à bord.

Kostroma. Située sur les rives de la Volga, dans sa confluence avec la rivière Kostroma, Kostroma est la ville de l’Anneau d’Or située la plus au nord. La ville fut fondée en 1152 par Youri Dolgorouki, également fondateur de Moscou. Elle a été occupée et détruite plusieurs fois, entre autres par les Mongols, les Tatars et les pirates fluviaux de Novgorod. Après la dernière attaque des envahisseurs polonais, une ambassade moscovite a proposé à Mikhaïl Romanov, alors habitant Kostroma dans le Monastère Ipatiev, d’être couronné Tsar de Russie, finissant ainsi le Temps des Troubles et devenant le premier Tsar de la dynastie des Romanov. Les Romanov ont pris la ville sous leur protection et l’ont souvent visitée pendant son histoire, y compris le dernier d’entre eux, Nicolas II. La ville a grandi comme un grand centre commercial, d’abord comme un port sur la Volga, ensuite grâce à l’établissement de la Compagnie de Moscovie, qui profitait du monopole du commerce entre la Russie et l’Angleterre, à travers le port maritime d’Arkhangelsk. Au XVIIe siècle, Kostroma était la 3e ville de la Russie, après Moscou et Iaroslavl. En 1773 elle a été ravagée par un terrible incendie. Catherine la Grande décida alors de faire de Kostroma un modèle de ses nouveaux plans urbains. Ceci a fortement marqué l’architecture de la ville jusqu’à nos jours. Le centre historique est resté presque intact depuis ; il a un indéniable charme provincial, avec les « izbas » typiques en bois s’alternant avec d’élégantes bâtisses baroques et néoclassiques, et beaucoup de sites de grand intérêt. Kostroma est le principal centre de production de textile et de joyaux de toute la Russie. Il est aussi la résidence de Snégourotchka (« Fille de Neige »), un personnage des contes de fées russes, la petite-fille et collaboratrice du Ded Moroz, le Père Noel russe.

Tour panoramique de Kostroma. On découvrira le plan urbain de Catherine la Grande qui, d’après la légende, jetât son éventail sur le plan de la ville pour illustrer le design radial qu’elle voulait pour ses rues. Elles devaient partir d’un point central sur les rives de la Volga, ce qui est aujourd’hui la Place Sousanine. Ici se trouvent les principaux sites de la ville, comme la Tour de Guet des Pompiers, bâtie en 1827, la Maison de la Garde, le palais du General Borchov (1824), le Théâtre Dramatique (1863), et le Monument à Mikhaïl Romanov. Ici se trouvent aussi les célèbres « Galeries des Commerçants », datant de 1786, en style néoclassique. Elles ont été construites pour concentrer le commerce de la ville, et aider ainsi les commerçants, mais aussi les inspecteurs des taxes ! Chacune d’entre elles était dédiée à une corporation ou même à un produit spécifique : on y trouvait la Galerie des Fleurs, du Lait, du Tabac, de l’Huile, du Poisson, des Bonbons… Le rez-de-chaussée servait à vendre, l’étage supérieur en tant que magasin. Derrière les hauts murs et tours massives du monastère de l’Épiphanie, la vie monastique continue même aujourd’hui. Dans l’intérieur de sa cathédrale de l’Épiphanie, le plus ancien bâtiment en pierre de Kostroma, se trouve l’icône byzantine du Xe siècle de Notre-Dame de Saint-Theodore, censé être miraculeux. L’église de la Résurrection dans les Forêts (Debra) était devenue entrepôt de légumes sous le régime soviétique et a été postérieurement restaurée.

Visite du monastère Ipatiev, construit en 1330, à la jonction des rivières Volga et Kostroma. Il été lourdement fortifié, et nous pouvons encore admirer ses murs du XVIe siècle, son beffroi et ses tours. C’est l’un des rares bâtiments médiévaux qui ont survécu à l’incendie de 1773. En son sein se trouve la cathédrale de la Trinite, bâtie au XVIe siècle, décorée des magnifiques fresques et icones peints par des maitres comme Nikitine et Savine. Également à l’intérieur du monastère se trouve le Palais des Romanov, construit au XVIIe siècle pour Mikhaïl Romanov et sa mère, qui l’ont utilisé en tant qu’abri et cachette pendant l’invasion polonaise. C’est ici que Mikhaïl I a été béni comme premier Tsar des Romanov.

Dîner et nuit à bord.

JOUR 6 NIJNI NOVGOROD

Petit-déjeuner à bord.

Matinée de navigation.

Déjeuner à bord.

Nijni Novgorod. L’une des principales villes de Russie, elle est située dans le centre de la Russie européenne, au confluent de la Volga et de l’Oka, 402 km à ;’Est de Moscou. Nijni Novgorod fut fondée en 1221 par le prince Iouri II de Vladimir pour assurer la défense des frontières russes contre les Mordves, les Maris et les Tatars. En 1612, c’est Kouzma Minine, un marchand de Nijni Novgorod, à la tête de la milice nationale, qui chasse les troupes polonaises de Moscou mettant fin à la période des troubles et permettant à la dynastie des Romanov de s’installer sur le trône de la Russie. Au cours du siècle qui suit, la ville devient un centre commercial prospère dans lequel s’installe la famille Stroganov, la plus riche des maisons marchandes russes. Un style architectural et pictural (icône) spécifique, dit « Style Stroganov », se développe à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècles. En 1817, Nijni Novgorod est le plus grand centre commercial de l’Empire Russe. Tous les ans s’y tenait une foire, de renommée mondiale, qui a contribué au grand essor de la ville et de sa région. Au XIXe siècle, on disait : « Saint-Pétersbourg est la tête de la Russie, Moscou son cœur et Nijni Novgorod son porte-monnaie ». L’écrivain français Alexandre Dumas fait escale en 1858 à Nijni Novgorod au cours de son voyage en Russie, qu’il décrira dans son livre « De Paris à Astrakhan ». La ville est également visitée par le poète français Théophile Gautier. Astolphe de Custine en fait une description assez détaillée dans son livre « La Russie en 1839 », lettre 33, et Jules Verne dans « Michel Strogoff » (1876). En 1896 s’y déroule l’Exposition Russe de l’Industrie et du Commerce. À l’occasion de cet événement, la première ligne de tramway de la ville est construite. C’est le second tramway construit dans tout l’empire russe. Durant la période soviétique, la ville devient un important centre industriel et est rebaptisée Gorki, du nom de l’écrivain soviétique Maxime Gorki qui y était né. On y construit l’usine d’automobiles de Gorki. Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, Gorki devient le plus grand fournisseur d’équipements militaires pour le front. Pour cette raison, la Luftwaffe bombarde plusieurs fois la ville, notamment l’usine automobile, qui est reconstruite en une centaine de jours. Après la guerre, Nijni Novgorod devient une « ville fermée » à cause de ses fabriques d’armement. En 1985, la première ligne du métro est inaugurée. Après la chute de l’Union Soviétique, en 1990 la ville reprend son ancien nom. Nijni Novgorod est aujourd’hui un important centre politique, économique, scientifique et culturel russe.

Tour panoramique de Nijni Novgorod. Au cours de la visite, vous découvrirez l’une des villes historiques de la Russie et en découvrirez ses monuments, du temps de sa fondation jusqu’à la période soviétique. Par ses vestiges historiques et architecturaux, Nijni Novgorod est inscrite au Patrimoine de l’Humanité par UNESCO.

Visite du territoire du Kremlin de Nijni Novgorod. C’est une grande forteresse située au cœur de de la ville, sur une hauteur dominant la confluence des deux fleuves et le port. Pietro Francesco, architecte italien, a participé à sa construction à la demande de Vassili III. Sa construction date du XV siècle (1515), son enceinte fait 2 km de circonférence et comporte treize tours. Elle a été plusieurs fois assiégée par le khanat de Kazan, qui n’a pu s’en emparer. Aujourd’hui, il constitue le principal site culturel et politique du district de la Volga.

En option : Visite d’une galerie d’art.

Dîner et nuit à bord.

JOUR 7TCHEBOKSARY

Petit-déjeuner à bord.

Tcheboksary. Perchée sur la rive droite de la Volga, 600 km à l’Est de Moscou, la capitale de la république de Tchouvachie est l’un des principaux centres culturels, touristiques et économiques de la Russie centrale.

Tour panoramique de Tcheboksary. Comme de nombreuses villes russes, Tcheboksary offre des ressources culturelles variées. On y trouve un opéra, une philharmonie et plusieurs théâtres proposant des spectacles en langues russe et tchouvache. Le Zaliv (baie), récemment inauguré, est un lieu de rassemblement populaire pour les habitants de la ville. Il s’agit d’un bras artificiel du fleuve, longé de quais qui imitent l’ambiance d’un port maritime, qui a été creusé suite à la construction du barrage hydroélectrique de la Volga. Malheureusement, pour creuser cette « baie », il a fallu détruire quelques quartiers historiques de la ville. Le Zaliv étant situé au centre de la cité, les gens se retrouvent sur ses quais pour se promener, pour aller dans les cafés ou simplement pour bavarder. Tcheboksary possède aussi plusieurs promenades et plages le long de la Volga, où les gens se baignent en été. On trouve également des musées, dont un musée de la Bière, unique en Russie. Le Musée National Tchouvache, important centre culturel et de recherche de la ville, date de 1921. Le théâtre d’opéra et de ballet de Tchouvachie a été inauguré en 1960, et le Congrès national tchouvache en 1992. Le Monument à la Mère Protectrice est érigé en 2003.

Déjeuner à bord.

En option (en après-midi) : Visite du musée de la Bière et dégustation.

Dîner « pirate » et nuit à bord.

JOUR 8 / KAZAN

Petit-déjeuner à bord.

Kazan. Située sur les rives de la majestueuse Volga, à environ 800 km à l’est de Moscou, Kazan fut fondée en 1005 par les Protobulgares comme une forteresse et un centre de commerce. Après l’invasion des Mongols, Kazan devient la capitale d’une principauté dans les domaines de la Horde d’Or, puis la ville la plus importante du Khanat des Tatars. La ville fut conquise par le Tsar Ivan IV le Terrible en 1552. Aujourd’hui elle est l’une des cités les plus prospères de la Russie, capitale de la République du Tatarstan, qui jouit d’un grand degré d’autonomie au sein de la Fédération Russe. Beaucoup de ses habitants communiquent dans leur propre langue et maintiennent la religion, les usages, la culture et les traditions de leurs ancêtres. Kazan est officiellement appelée la « Troisième Capitale de la Russie », après Moscou et Saint-Pétersbourg. Dans son université ont étudié des nombreuses figures historiques comme Lénine ou Tolstoï. Kazan est un point de rencontre des mondes Oriental et Occidental, des cultures et traditions Tatares, Russes et Européennes. La ville est divisée en deux quartiers principaux, Russe et Tatar, séparés par le Lac Qaban et le Canal Bolaq. Le contraste entre les dômes des églises orthodoxes russes et les minarets des mosquées tatares confère à cette ville un caractère et une atmosphère uniques, un mélange de cultures qui s’est formé au long des siècles. La ville est un important centre culturel et éducatif, avec des nombreux théâtres, des musées, des salles de concerts, des festivals et des évènements internationaux, bibliothèques et universités. Kazan est inscrite au Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO.

Tour panoramique de Kazan. Pendant notre visite nous allons découvrir la passionnante histoire de Kazan. Des vieux manoirs, maisons de commerçants, bâtiments industriels et culturels datant du XIXe et du début du XXe siècle forment le centre historique. Nous nous promènerons dans la Rue Bauman, artère piétonne du centre, où se situe la cathédrale de Pierre et Paul, de style baroque russe, qui s’élève en parfaite harmonie avec le classicisme du bâtiment de l’Université d’État de Kazan. La Rue Kremlyovskaya constitue le cœur culturel de la ville, non loin se trouvent le Théâtre Dramatique Bolchoï, l’Opéra de Kazan, la Bibliothèque Nationale, et l’Hôtel de Ville. De l’autre cote du Canal Bolaq et du Lac Qaban nous entrerons dans le vieux quartier tatar de la ville, où les tatars ont vécu depuis la conquête de Kazan par les Russes. La Mosquée Mardzhani, la Mosquée Azimov et bien d’autres élèvent leurs minarets dans ce quartier historiquement musulman. Dans le point ou la rivière Kazanka rejoint la Volga nous admirerons le Monument aux Soldats Tombés, le Palais de l’Agriculture et le bâtiment moderne et high-tech du Cirque de Kazan. Nous finirons notre visite par le Kremlin de Kazan.

Visite du territoire du Kremlin. L’ancien Kremlin domine la ville et impressionne par son échelle et sa puissance. À l’embouchure de la Kazanka dans la Volga, l’ancien fort protobulgare en bois du XIIe siècle, détruit par les Mongols, fut reconstruit par les tatars comme une forteresse protégeant leur principauté. Après la conquête russe de la ville, Ivan IV le Terrible ordonna la reconstruction du Kremlin en suivant le même modèle. Elle fut complétée entre 1556 et 1562 par des maîtres de Pskov. À l’intérieur de ses murs se trouvent des nombreux bâtiments historiques, dont le plus important est la cathédrale de l’Annonciation (1561-62). Comme dans bien d’autres édifices de l’époque à Kazan, on utilisa dans sa construction la pierre de sable locale au lieu des briques utilisées alors ailleurs en Russie. À côté d’elle se trouve la Maison de l’Évêque (1829). Un autre bâtiment remarquable est la Mosquée Qol Sharif, récemment reconstruite à l’intérieur du Kremlin. Le Palais du Gouverneur (1845-1848), édifié sur le site de l’ancien Palais des Khans, est aujourd’hui le Palais Présidentiel. À côté de la Tour Spasskaya se trouve le monastère de Saint-Sauveur, qui date de 1557. Il fut le principal centre missionnaire chrétien dans ces contrées peuplées par des musulmans. Parmi les nombreux bâtiments militaires du Kremlin, nous pouvons citer la Maison de la Garde, l’École des Cadets, l’École Équestre et la Fonderie de Canons d’Artillerie. Parmi l’imposante structure de murailles et tours du Kremlin se dresse sa plus haute structure, la Tour Inclinée Soyembika, ainsi nommée en honneur de la dernière tsarine tatare. Le Kremlin de Kazan est inscrit au Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO.

Déjeuner à bord.

Diner et nuit à bord.

JOUR 9 / SAMARA

Petit-déjeuner à bord.

Samara. Si la fondation officielle de la ville date de 1586, elle n’a longtemps été qu’une simple forteresse frontalière, face aux tribus hostiles d’Asie Centrale. Son essor commence véritablement au XIXe siècle, avec le développement du commerce, à partir de la Place du Pain et dans deux directions : Le long des rives de la Volga et de celles de la Samara. Durant la Seconde Guerre Mondiale, la ville a fait office de « capitale de rechange » : Plusieurs usines y ont été évacuées, ainsi que des Ministères, le Théâtre Bolchoï et la plupart des ambassades étrangères. Plusieurs plaques apposées sur les manoirs du centre historique témoignent de cette période. Un autre témoignage de cette époque est le bunker spécialement aménagé pour Staline. Après la guerre, l’industrie s’est développée autour de l’aéronautique, des raffineries et de la défense. Comme toutes les grandes villes de Russie, Samara héberge de nombreuses nationalités : On y croise de Russes, de Tatars, d’Ukrainiens, de Mordves, de Tchouvaches, de Bachkirs, d’Arméniens, d’Azéris, d’Ouzbeks, de Tadjiks, etc. Ainsi, il n’est pas rare d’entendre d’autres langues que le russe, particulièrement dans les marchés où ces nationalités tiennent souvent des étals.

Tour panoramique de Samara. Un tour de ville nous permettra de découvrir à la fois les quartiers anciens et modernes, les quais sur lesquels se succèdent les parcs, et les sculptures.

Visite de la galerie d’art.

En option : Visite du Bunker de Staline.

Déjeuner à bord.

Diner « russe » et nuit à bord.

JOUR 10 / SARATOV

Petit-déjeuner à bord.

Saratov. La ville a été fondée à la fin du XVIe siècle comme une forteresse frontalière sur le site d’an ancien bourg tatar, à l’embouchure de la rivière Saratovka sur la Volga. Elle a brûlé en 1613, et a été reconstruite sur le rive opposé de la Volga, son emplacement actuel. Pour peupler cette région, Catherine la Grande a fait appel à des colons étrangers avec des exemptions fiscales et des libertés religieuses. C’est ainsi qui sont venus ceux que l’on a appelé les Allemands de la Volga et qui, pendant des siècles, ont été essentiels au développement de Saratov et de sa région. La ville a grandi d’abord comme un centre commercial où l’on vendait des céréales, de la poterie et de la pêche. La rébellion de Pougatchev en 1781 -racontée par Pouchkine dans son roman « la Fille du Capitaine » – a ravagé Saratov. Mais elle s’en est remise, et s’est développée pendant le XIXe siècle comme un centre de production manufacturière. Les Allemands de la Volga étaient déjà près de 800 000 au début du XXe siècle. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, beaucoup d’entre eux ont été déportés vers la Sibérie ou vers le Kazakhstan. Certains sont revenus par la suite dans la région de Saratov, mais la majorité émigra en Allemagne dans les années 1990. Au temps de l’URSS Saratov était une ville fermée, car elle abritait plusieurs sites de production militaire, en particulier une usine d’aviation.

Tour panoramique de Saratov. Nous découvrirons les principaux sites de la ville lors de notre visite panoramique.

Déjeuner à bord. Diner et nuit à bord.

JOUR 11 /VOLGOGRAD

Petit-déjeuner à bord.

Volgograd. La ville fut fondée en 1589 comme une forteresse frontalière aux abords de la Volga, et fut appelée « Tsaritsyne », du mot local Sary Su (eau/rivière jaune en langue tatare). Elle fut prise deux fois par les rebelles Cosaques, sous Stenka Razine pendant la rébellion de 1670, puis sous Pougatchev en 1774. En avril 1925, la ville est renommée Stalingrad, et devient célèbre par les faits qui s’y sont déroulés pendant la Seconde Guerre Mondiale : En 1942, la poussée principale des armées allemandes se fait vers le Sud. Stalingrad est visée, par son symbolisme – elle portait le nom de Staline et était considérée une « ville modèle » soviétique. Mais aussi parce qu’elle se situait sur la Volga, une importante route par laquelle circulait l’aide des alliés à destination des villes industrielles russes. La VIème armée allemande, après de longs et durs combats de rue sans quartier, et malgré une héroïque résistance des Russes, réussit à s’emparer de la pratique totalité de la ville. Mais elle y fut encerclée par un spectaculaire mouvement en pince de l’Armée Rouge, l’« Opération Uranus ». Presque 270.000 soldats allemands et ses alliés furent ainsi encerclés. La bataille termina fin janvier 1943 avec la capitulation allemande. Stalingrad reçoit le titre de « Ville Héroïne » en 1945, et le roi George VI du Royaume-Uni fit don à ses citoyens d’une épée sertie de diamants, par leur bravoure. Sur la colline appelée « Kourgane Mamaïev » où eurent lieu les affrontements les plus intenses pendant la guerre, a été bâti un imposant mémorial dominé par une énorme statue allégorique de la Mère Patrie. En 1961, dans le programme de déstalinisation lancé par Nikita Khrouchtchev, la ville prend le nom de Volgograd (« Ville de la Volga »).

Tour panoramique de Volgograd. Au cours de la panoramique, nous visiterons le mont Mamaïev, visible de tous les points de la ville. Nous verrons la maison Pavlov (vue extérieure), du nom du sergent qui défendit le bâtiment contre les soldats du Troisième Reich.

Déjeuner à bord.

En option : Visite du musée panorama de 360° qui retrace tous les épisodes de la bataille de Stalingrad.

Diner et nuit à bord.

JOUR 12 /JOURNEE A BORD

Petit-déjeuner, déjeuner, dîner d’adieu du Commandant et nuit à bord.

Journée libre avec un programme d’activités culturelles et animations musicales à bord.

JOUR 13 /ASTRAKHAN

Petit-déjeuner à bord.

Astrakhan. Située sur la Volga, près de son embouchure dans la mer Caspienne, 1 276 km au Sud-Est de Moscou, Astrakhan a été un important point de passage de la Route de la Soie. Elle fut, de 1466 à 1556, la capitale d’un khanat (royaume) mongol issue de l’éclatement du territoire de la Horde d’Or. En 1554, les Russes conquièrent le khanat et y installent un khan fantoche. Une révolte éclate, mais elle est réprimée et le khanat est purement et simplement annexé par la Russie en 1556. En 1559, la province résiste à un assaut du khanat voisin de Crimée. La voyageuse française, Adèle Hommaire de Hell, en fait une description pittoresque lors de son voyage en 1840 avec son mari. En mars 1919, après une révolte ouvrière contre le pouvoir du parti bolchevik, des milliers de personnes furent exécutées par la Tcheka, sous les ordres de Sergueï Kirov : de 2 000 à 4 000 grévistes y furent tués. Il s’agit de la plus grande tuerie de prolétaires avant celle de Kronstadt en 1921. Une partie des victimes fut jetée dans les eaux de la Volga avec une grosse pierre autour du cou. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les avancées allemandes approchent Astrakhan, qui était désignée comme leur objectif le plus à l’Est. Grace à l’encerclement de leur VIe armée à Stalingrad, ces plans ne se réalisent jamais. Astrakhan est aussi connue pour être la capitale mondiale du caviar et sa région bénéficie de nombreuses ressources gazières exploitées par Gazprom, le premier employeur régional.

Tour de ville d’Astrakhan. Au cours d’un tour de ville nous découvrirons de nombreux quartiers aux maisons de bois traditionnelles.

Visite du territoire du Kremlin. Le kremlin était à l’origine en bois et fut reconstruit en pierre sous Ivan IV et Boris Godounov. Les murs blancs de la forteresse, très avancée à son époque, étaient réputés imprenables.

Déjeuner à bord.

En option (en après-midi) : Découverte du delta de la Volga (sous réserve de conditions climatiques favorables). La Volga est la plus grande et longue rivière d’Europe, et tout un symbole pour les Russes, qui l’appellent souvent la « Mère Volga ». Elle naît dans les hauts du Valdaï, entre St. Pétersbourg et Moscou, et coule le long de la plupart de la partie européenne de la Russie, incluant 11 des 20 villes russes les plus peuplées, jusqu’à son embouchure dans la mer Caspienne. La Volga est navigable pendant presque la totalité de son cours : à travers ses affluents, des grands lacs et des canaux, elle est connectée avec les mers Baltique, Blanche et Noire, ainsi qu’avec Moscou et Saint-Pétersbourg et est donc un axe commercial d’énorme importance depuis des siècles. La Volga est présente dans plusieurs épisodes de l’histoire de la Russie, dans ses traditions, littérature, arts et folklore. Plusieurs sites de grand intérêt artistique sont situés le long de ses rives, qui s’étendent depuis les forêts de la Taïga jusqu’aux steppes arides d’Astrakhan, proches de la Caspienne. Les blancs remparts des monastères du Nord, les coupoles en forme d’oignon des villes de l’Anneau d’Or, les minarets des mosquées tatares de Kazan constituent un paysage unique et reflètent la diversité de l’âme russe.

Diner et nuit à bord.

JOUR 14 /ASTRAKHAN (DEPART)

Petit-déjeuner à bord.

Transfert à l’aéroport.

BATEAUX 4 ANCRES